Le blog d'Isabelle Madesclaire

Les fils de la toile de la Syrie à l'Iran

16 Mars 2012 , Rédigé par IsaMadesclaire Publié dans #Syrie Moyen Orient

De l'ex-Libye kadhafienne à la Syrie d'Assad, d'Assad à l'Iran de Khameiny, on sait que les réseaux se touchent. Quelques découvertes le montrent avec précision.

Ainsi, des liens ont été mis en évidence entre les comptes twitters de pro-kadhafi et de pro-Assad, en septembre 2011. On peut penser que ces liens existent encore aujourd'hui, si l'on observe que des pro-Kadhafi restent agissants comme l'indiquent leurs structures internet.

Récemment, la presse a révélé les relations par mail entre le président syrien Assad-Al-Bashar et des conseils iraniens, qui incitaient celui-ci à une stratégie de fermeté à l'égard de l'opposition. Voir les synthèses de Worldnews et le Monde .

Ce ne sont là que des manifestations isolées, mais elles sont révélatrices de liens plus profonds.

En effet la toile se resserre lorsqu'on regarde l'équipement militaire. Il est révélé au public, notamment par le Monde, que des drones utilisés en Syrie pour surveiller les opposants seraient sans doute de technologie iranienne, à moins qu'il n'aient été achetés en Israël qui en est le principal producteur mondial, soit par la Russie, soit directement.

Là devrait s'arrêter l'utilisation d'armes sophistiquées et lourdes, qui inévitablement mettrait en jeu des puissances extérieures à la région. La Syrie deviendrait alors l'élément déclencheur d'un confit mondial dont les visées de l'Iran serait un des enjeux. 

La population syrienne, celle qui s'élève contre le régime et aussi celle qui tout simplement habite là, sert ainsi d'otage et se trouve assaillie par les armes, sans que la communauté internationale soit décidée à intervenir pour sa protection sauf à susciter l'escalade contre la Russie.

Pour l'instant, on ne voit pas le bout de cette tragédie dont le ressort, au départ réduit au maintien en place d'un pouvoir dictatorial local, s'élargit pour rejoindre la nasse du précaire équilibre international.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :